Football Club Saligny : site officiel du club de foot de SALIGNY - footeo

Mathieu Gachot "On ne naît pas arbitre, on le devient"

27 mai 2015 - 18:26

Mathieu Gachot arbitre du FC Saligny parle de sa passion pour l'arbitrage pour cette dernière interview de fin de saison "Vous jouez Messieurs" !!

Bonne saison pour toi ? Certains t'ont même vu participer à la finale du Challenge des Clubs à Montaigu Marseille - Nantes ?

Je fais le tournoi depuis plusieurs années, mais là c’était la première fois que j’ai pu faire la finale en tant que 4ème arbitre. C’était une vraie fierté, une responsabilité aussi. Il faut contrôler les bancs de touche, assurer la logistique, vérifier les équipements…

 

Tu as officié sur d'autres matchs importants lors des précédentes éditions ?

Bordeaux – Monaco, Lens – Lyon, Marseille – Sélection de Vendée, ce sont de bonnes expériences avec en face de futurs bons joueurs. C’est la cerise sur le gâteau en fin de saison.

 

Pourquoi es-tu devenu arbitre ?

L’envie d’évoluer. Je ne voulais pas être éducateur, ni dirigeant, et Sébastien Bonnet le président du club à l’époque m’a proposé de devenir arbitre, j’ai dis pourquoi pas, j’avais 23 ans. Et si j’avais su j’aurai commencé plus tôt.

 

Qu’est ce qui te motive quand tu entres sur le terrain ?

Tu sais que tu vas rencontrer des embuches et de nombreuses difficultés que tu devras franchir. Ce sont ces difficultés qui me motivent, qui me poussent.  Après la personnalité entre en jeu, c'est là que tu t'affirme. Je suis plutôt calme et posé, et il faut savoir garder son calme malgré l’environnement qui nous entoure.

 

Et ces fameuses difficultés un arbitre les rencontres à chaque match, il faut être un peu "maso" pour entrer sur un terrain et faire face à tout ça ?

Non parce qu'être arbitre fait murir et progresser. Il faut savoir se remettre en question à chaque match. Tu ne peux pas tricher, si tu ne te remets pas en cause, tu vas au de la de très grosse déconvenue !

 

Sur quels points tu as progressé ?

Il faut savoir faire preuve de psychologie, de diplomatie, savoir manager 22 hommes sur un terrain, prendre en compte l’évolution du match, s’adapter à toute les situations, même à l’imprévisible, savoir faire preuve d’autorité et non d’autoritarisme. On évolue sur tous ces points. C’est une expérience à vivre que je recommande à tous au moins une fois, joueurs, dirigeants, éducateurs.

Il faut également savoir gérer les pressions et rester équilibré dans ses décisions. Il faut savoir qu’un arbitre n’est pas là contre un joueur, contre une équipe ou contre le jeu. Pourquoi serait il comme ça ? Dans quel intérêt ? Notre rôle est de faire en sorte que les règles soient respectées.

 

Pourquoi dans l’imaginaire collectif et même dans la réalité des faits, l’arbitre a une image négative et est une cible privilégiée que ce soit en provenance des joueurs, des dirigeants et des supporters? Ce n’est pas donner trop d’importance au seul mec sur le terrain qui ne touche même pas le ballon pendant 1h30 ?

 Notre statut nous associe à une fonction d’autorité et d’impartialité absolue, ce qui est vrai. Et on ne peut pas se tromper, pour les gens on ne peut pas et ne doit pas commettre d’erreur, malgré la rapidité de décision on n’a pas le droit à l’erreur. C’est comme ça.

 

Mais c'est quoi l'erreur en arbitrage ?

Bonne question. Parce que tout n’est qu’une histoire d'interprétation en réalité. Je vois une action avec mon champ de vision, le supporter va voir la même action avec son propre champ de vision. Je peux interpréter de mon point de vue qu’il y a faute, mais le supporter de son point de vue ne va pas voir cette faute. Qui a raison ? Le supporter ou l’arbitre ? Expliquons le mot arbitrage. L'arbitrage c’est arbitrer, c'est à dire statuer sur une situation qui peut être soumise à plusieurs interprétations surtout si elle est très litigieuse. Parfois la situation est nette et là on est tous d’accord, parfois elle ne l'est pas, et là on est pas forcement d'accord surtout si ce n'est pas à notre avantage.

On nous considère souvent comme des juges, mais c’est différent. Un juge il statut sur un fait, ballon sorti ou ballon non sorti, c’est nette pas d’interprétation possible. On est tous d'accord. C’est pour ça qu’en tennis on parle de juge de ligne et qu’auparavant ou parlait de juge de touche en Foot. Mais nous ne sommes pas juge mais arbitre, alors on arbitre des situations, et plusieurs dizaines de situations dans un match en à peine 1/2 seconde. Et il faut prendre la meilleure. Et même si tu as pris la meilleurs tu peux te faire incendier, par le supporter notamment, qui lui est là pour supporter, avec sa vision de supporter.

 

Claude Onesta, entraineur de l’équipe de France de Handball a dit : « En tant qu'entraineur je ne maîtrise pas le comportement des arbitres. Le seul paramètre, sur lequel je peux agir c’est notre niveau de jeu, je dois le faire progresser pour devenir inaccessibles aux manipulations externes ». C’est un message à faire passer à tous le monde ça, qu'en penses tu ?

Tout à fait. L’arbitre est un humain, soumis à des pressions constantes, il peut se tromper parfois, comme le joueur. Si tous le monde se préoccupait de soit, ça serait plus simple. Le joueur joue, l’entraineur entraine, le supporter supporte et l’arbitre arbitre. On serait tous meilleur non ?  En Rugby on est un peu la dessus je trouve. En Foot parfois l’émotion prend le dessus.

 

Tu penses quoi de la vidéo dans le Foot ? Tu suis Platini toi ? pas de vidéo.

Le Foot est un jeu, avec des humains, et la fourberie fait partie du jeu et l'erreur est humaine. Il faut que l’on accepte ça, c’est tout. C’est un jeu avec des humains.

 

Je suis d'accord, et puis mince avec la vidéo l’histoire aurait été moins belle, en 93 (Marseille – Milan AC Finale de Ligue des Champions) sur le but de Boli, l’arbitre se trompe car il y avait pas Corner mais 6 mètres à la base. Et la main de Dieu de Maradona lors de la Coupe du Monde 86, tu imagines, on nous aurait privé de cette belle histoire, et peut être que son deuxième but, le plus beau but de l’histoire du Foot n’aurait pas eu lieu non plus. ça aurait été dommage vraiment !

Ça aurait changé le cours de l’histoire, c’est vrai ! Et elles sont belles ces histoires. L’erreur fait parti du Football. Ce n’est pas un sport parfait. Si personne ne fait d’erreur, il n’y aurait que des 0-0.

 

C’est quoi les bons moments en fait quand tu arbitres ?

L’accueil quand tu arrives au stade, la découverte des assistants, des dirigeants. Et la satisfaction du match bien arbitré.

 

Tu sais quand tu as fais un bon match ?

On le sait très bien. Il ne faut pas se leurrer, comme je le dis on est obligé de se remettre en question, il faut savoir être honnête avec soit même et humble sur ses performances.

 

Comment on devient un bon arbitre ?

Il faut rechercher à se perfectionner sans cesse, être humble, se remettre en question. Mais surtout il faut chercher à prendre du plaisir sur le terrain, avoir envie de mener un match à son terme dans les meilleurs conditions.

 

Si tu avais futur arbitre devant toi tu lui dirais quoi ?

Lance toi ! on ne naît pas arbitre, on le devient. En arbitrage on peut évoluer assez vite mais il faut beaucoup travailler pour gravir les échelons. Et je suis prêt à t’accompagner pour y arriver !

 

Tu donnes ton numéro alors, tu as peut être un ou une futur(e) apprenti(e) qui te lis ?

Bien sur 06 27 45 06 49

 

Merci Monsieur l’arbitre

Appelez moi Mathieu :)

 

Propos recueillis par David Barreteau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires